La pipérine et la curcumine

La pipérine une épice qui biodisponibilise…tout

piperine_poivre_noir

 

Le poivre noir en question

Le 9 Juillet 2007 à la lecture de l’étude de  MD Anderson de 2005 sur les polyphénols végétaux et la chimio-sensibilisation (résumé: http://tinyurl.com/2k3pea ), un exposé sur la pipérine fort éloquent qu’il convient de développer. ​​Cet alcaloïde épicé ingrédient contenu dans le poivre noir améliore la biodisponibilité de nombreux composés, y compris la curcumine bienfaitrice à plus d’un titre.

Il est bon de mentionner une fois de plus que la curcumine sans l’addition de pipérine ne serait que peut rendue disponible dans notre sang.

Beaucoup parlent des avantages santé à large spectre qu’offre la curcumine extraite du curcuma, mais en oubliant de dire que 80% de ses avantages sont détruits au passage dans l’estomac, et peu de ses actifs franchissent la barrière intestinale si elle est prise seule sans l’ajout de pipérine, bromélaïne ou gingembre.

Une étude de 2002 ( http://tinyurl.com/2y8gp6 ) conclut que de fait la curcumine est avidement métabolisé par le tissu intestinal humain. Et cela pourrait être une raison majeure prouvant sa disponibilité systémique pauvres.

Et une étude de 2005 ( http://tinyurl.com/2tlgwm ) sur des patients atteints de cancer colorectal traités avec de la curcumine, stipule ce qui suit: « Dans l’ensemble, les résultats présentés ici et ailleurs suggèrent que la curcumine ingéré par voie orale n’a qu’une faible disponibilité systémique, elle fournit des niveaux suffisants sur le tractus intestinal humain pour provoquer des changements pharmacodynamiques en rapport avec la chimio-prévention intestinale. Mais la faible disponibilité systémique de la curcumine pourrait être considéré comme un inconvénient : parce qu’il se oppose à l’utilisation de grandes quantité de curcumine comme agent de chimio-prévention pour les organes cibles éloignées du tractus gastro-intestinal.

Remarque: les patients atteints de cancer ont reçu trois doses additionnées de 10% de pipérine, de 4 grammes chacune par jour (soit 12 grammes), sur une durée de seulement une semaine pour avoir les premiers résultats positifs. Il aurait fallu prendre trois fois, voir six fois plus de curcumine sans pipérine pour espérer de tels résultats positifs sur le cancer colorectal.

Une explication vulgarisée de ce qui arrive à la curcumine une fois ingérée, est expliquée dans un article écrit par le Dr Richard Béliveau et publié dans le London Free Press en Mars 2007: dès que la curcumine pénètre dans l’intestin, la molécule est rapidement modifiée par des enzymes appelées sur glucuronosyltransférase UDP, ce qui déclenche son élimination, sans qu’il ait eu la chance d’exercer ses effets bienfaiteurs, anti-inflammatoires et anti-cancéreux.

En présence de pipérine extraite du poivre noir cependant, l’activité UDP-glucuronosyltransférase est bloquée, ce qui permet à la curcumine extraite du curcuma d’être mieux absorbée et rendue disponible dans le sang. Cet effet de la pipérine est tout à fait remarquable car elle augmente de près de 2 000 pour cent la concentration de la curcumine dans le sang, lui permettant ainsi d’atteindre des concentrations suffisantes pour produire ses effets salutaires.

.

Biocurcumax™

.

La pipérine et la biodisponibilité

Une étude publiée en 1985 ( http://tinyurl.com/3dpp53 ) conclut que la pipérine est un puissant inhibiteur du métabolisme des médicaments.

 

 

Une étude de 1998 (http://tinyurl.com/329d2d ) examine la biodisponibilité de la curcumine chez les animaux et les humains, et a conclut que la pipérine améliore la concentration sérique, le degré d’absorption et la biodisponibilité de la curcumine chez les rats et les humains, les deux sont sans effets indésirables. Mais encore plus intéressant l’étude ( http://tinyurl.com/2zz8mm ), publiée en 1997 sur la biodisponibilité orale de médicament chez l’homme, nous rappelle que l’un des facteurs impliqués dans l’effet du premier passage est la nourriture, qui peut inhiber ou augmenter l’absorption de médicaments. Le métabolisme de premier passage signifie simplement qu’après avoir avalé un médicament, il est absorbé par notre système digestif et va dans le foie, ce qui peut le métaboliser et le transformer, permettant seulement à une petite quantité inchangée de sa qualité active d’être biodisponible (qui est apparemment ce qui se passe à la curcumine prise seule). Cette étude nous donne une liste de certains aliments inhibiteurs, tels que les légumes crucifères ou fumés. L’ail semble plutôt n’avoir aucun effet sur ​​le métabolisme des médicaments, alors que la pipérine, la bromélaïne d’ananas et le gingembre augmente la présence d’actifs tant de médicament que produits naturels de 700 à 2000 %.

La pipérine contient de la capsaïcine. La capsaïcine est un composé chimique de la famille des alcaloïdes, une composant actif . C’est un irritant de l’épithélium des cellules des mammifères ; il produit une sensation de légère irritation dans la bouche, ce qui est considéré comme un élément gustatif intéressant en cuisine. Biologiquement parlant, elle augmente la sécrétion du liquide gastrique.

.

Biocurcumax™

.

Une étude de 2004 (http://tinyurl.com/2z8bjg ) démontre que la pipérine améliore la biodisponibilité de l’EGCG chez des souris en inhibant la glucuronidation et le transit gastro-intestinal. La glucuronidation, en passant, est un procédé chimique utilisé par l’organisme pour expulser une variété de molécules, y compris les médicaments et les polluants, ainsi que des substances comme la curcumine et EGCG. Donc, en inhibant ce processus les composés ajoutés ou de synthèse sont mieux absorbés. L’étude a conclut que la pipérine inhibe la glucuronidation intestinale, ce qui peut entraîner une absorption accrue, et en fait la pipérine ralentit le transit gastro-intestinal le temps de l’absorption de ses produits accompagnant.  C’est en augmentant ainsi le temps de séjour dans l’intestin et permettant une plus grande absorption que la pipérine augmente la biodisponibilité plasmatique.

La pipérine et le cancer.

La pipérine n’augmente pas seulement la biodisponibilité de certains composés, mais semble avoir une certaine activité anti-cancéreuse de part son action propre. Quelques études, dont une ( http://tinyurl.com/ypn47e ) publié en 2005 sur le cancer du poumon et la pipérine, conclut : « Nos résultats actuels expliquent que l’association unique de l’effet anti-peroxydant de la pipérine a la capacité de prévenir certains cancers. La pipérine a des propriétés anti-cancer ainsi dans le cas du mélanome, d’une étude de 2004, dans laquelle l’une des cytokines fut inhibée du célèbre IL-6: http://tinyurl.com/37sl4b

 

.

Biocurcumax™

.