La curcumine contre la maladie de Parkinson

La curcumine peut combattre la maladie de Parkinson

Parkinson

La curcumine peut combattre la maladie de Parkinson selon une nouvelle étude.

curcumineLa curcumine, un composé de l’épice asiatique connu du nom de curcuma, peut être le prochain remède pour la maladie de Parkinson . Il a été découvert par des chercheurs du Michigan State University , cette substance peut notamment prévenir l’agglutination d’une protéine impliquée dans la pathologie de cette maladie. La maladie de Parkinson est une maladie dégénérative du système nerveux central caractérisé par la formation insuffisante et l’activité de la dopamine, et également par la présence de corps de Lewy.

La curcumine

Les corps de Lewy sont des inclusions trouvées dans les neurones, qui sont formées par l’accumulation et l’agglutination d’une protéine appelée alpha-synucléine, comme l’a montré plus tôt dans cette année une étude menée par des chercheurs dirigés par Basir Ahmad, un chercheur postdoctoral du MSU.

Cette nouvelle étude menée par Ahmal montre que la curcumine se lie à l’alpha-synucléine et l’empêche de s’agréger dans les neurones. Lisa Lapidus, professeur du MSU et agrégé de physique a déclaré: «Notre recherche montre que la curcumine peut sauver des protéines de l’agrégation, qui représente les premiers pas de nombreuses maladies débilitantes. Plus précisément, la curcumine se lie fortement à l’alpha-synucléine et empêche l’agrégation à la température du corps.  »

Les protéines sont constituées par des acides aminés, qui se lient dans une chaîne. Cette chaîne peut prendre une forme tridimensionnelle notamment par un processus connu sous le nom de pliage. Bien que l’on croyait auparavant que l’alpha-synucléine était déplié nativement, c’est maintenant un fait connu que cette protéine forme un tétramère de manière stable repliée qui résiste à l’agrégation. Des mutations dans les gènes codant l’alpha-synucléine sont plier à une vitesse inférieure, ce qui augmente la tendance à s’agréger en fibrilles insolubles.

Ce processus pathologique de la formation d’inclusions neuronales peut être arrêté par la curcumine. Ce composé se lie à l’alpha-synucléine, non seulement en inhibant cette l’agrégation, mais aussi en augmentant la vitesse de pliage de la protéine ce qui bloque sa tendance à s’agglutiner avec d’autres protéines.

Ce résultat est une étape très importante dans le développement d’un nouveau traitement pour la maladie de Parkinson et d’autres états pathologiques caractérisés par les corps de Lewy, mais il y a aussi d’autres facteurs qui doivent être pris en compte jusqu’à ce que les patients puissent bénéficier de ces résultats. Tout d’abord, la curcumine ne peut pas passer à travers la barrière hémato-encéphalique et ne peut donc pas se lier à l’alpha-synucléine. « L’utilité de la curcumine comme un médicament réelle peut être assez limité car il ne va pas dans le cerveau facilement où ce se déroule le mal», a déclaré Doc. Lapidus.

Cependant depuis quelques tests la curcumine est rendue biodisponible dans l’organisme si celle-ci est diluée dans un corps gras telle que la glycérine (huile de colza, noix de coco..) et additionnée de 5 à 10% de pipérine, bromélaïne d’ananas ou gingembre en poudre.

Les résultats de l’étude sont publiés dans le numéro actuel du Journal of Biological Chemistry.